TICAD 7: le Japon à la conquête de l’Afrique

Après avoir longtemps soutenu le développement de l’Afrique, le gouvernement japonais souhaite à présent profiter des opportunités interminables qu’offre le continent et son jeune marché de deux milliards de consommateurs.

TICAD 7: le Japon à la conquête de l’Afrique
Le président Buhari et plusieurs chefs d’Etat africains à la 3ème séance plénière de la Ticad 7 le 29 août 2019. Photo: Femi Adesina

Le 30 août 2019, une séance plénière s’est ouverte à la 7e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique(Ticad7), à Yokohama, sur comment accroître, de façon exponentielle, les échanges économiques et les investissements entre le Japon et l’Afrique. Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a officiellement ouvert la session, présidé par le président égyptien Abdel-Fattah El-Sisi et co-présidé par le président sud-africain Cyril Ramaphosa. Les présidents du Nigeria, Muhamadu Buhari; de la Namibie, Hage G. Geingob; du Niger, Mahamadou Issoufou; et les principaux capitaines d’industries du continent étaient présents.

Prenant la parole, le chef de l’Etat nigérian, Muhamadu Buhari  a déclaré que « le gouvernement a mis en place des mesures visant à diversifier l’économie par l’agriculture et la transformation.  Pour cela le déficit énergétique a été réduit» ; des mesures qui, selon lui, « placerons le Nigéria sur la voie d’une croissance rapide et d’un développement durable », a déclaré Buhari, avant d’inviter les investisseurs japonais à investir dans les secteurs de l’énergie et des énergies renouvelables, de la pétrochimie et du gaz, de la navigation maritime, des ports, de l’agroalimentaire et de la santé.

«Le Nigéria offre des opportunités d’investissement très attrayantes avec des rendements d’investissement parmi les plus élevés», conclu le chef de l’Etat nigérian.

La BAD plaide pour des investissements massifs japonais en Afrique

Le président de la Banque africain de développement(BAD),  le Dr Akinwuni Adesina,  a quant à lui martelé que « l’Afrique a besoin d’infrastructures de qualité et représente la plus grosse opportunité en terme d’investissement aujourd’hui dans le monde », ajoutant « qu’il y a une augmentation des investissements directs étrangers dans toute l’Afrique », a déclaré le Dr Adesina aux 2 000 délégués présents. Le président de la BAD a exhorté les entreprises japonaises « à être présentes  dans les discussions et sur le terrain en Afrique », car « la vérité est qu’il n’y a pas d’environnement sans risque – pas même au Japon. En réalité, les risques perçus en Afrique sont en réalité beaucoup plus élevés que les risques réels. L’Afrique offre un retour convaincant aux investisseurs », précisera-t-il.

Des chefs d’États africains et des dirigeants d’entreprises du monde entier assistent à la TICAD7 depuis le 28 août, et ceux jusqu’au 31 du mois. « Une occasion désormais d’explorer les possibilités d’investissement et de tirer profit de l’expérience du Japon », selon de nombreux participants africains. L’événement, qui a lieu tous les trois ans, se tient alternativement au Japon et en Afrique depuis 2016. La dernière TICAD s’est tenue à Nairobi, au Kenya.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.